La Comédie de Dante, par Kolja Micevic

Pour cette première critique littéraire sur Sombre Plume, j’ai choisi de vous présenter rien moins que La Comédie du génial Dante Alighieri. Plus exactement, plutôt que de présenter la Comédie elle-même (exercice vu et revu depuis deux siècles), je vais vous présenter la Comédie telle que l’a traduite Kolja Micevic, parue aux éditions Esopie.

Reçu le mois dernier en service de presse, j’avais trente jours pour en publier une critique sur Babelio, un site communautaire dédié aux livres. Hé bien croyez moi, trente jours pour lire l’intégralité de la Comédie, ce n’était pas de trop…

Evidemment, rien de tel pour lire la Comédie que de le faire avec un verre d’absinthe…

Lire la Comédie de Dante est toujours une aventure littéraire. Je l’ai lue la première fois il y a une dizaine d’années dans les œuvres complètes de Dante, parues dans la collection Bouquins. J’avais été un peu chagriné par une traduction assez plate, même si l’effort avait été mis pour lui donner une forme poétique. Mais elle était très loin de rendre honneur au texte original, beaucoup, mais alors beaucoup plus complexe, si bien qu’arrivé au milieu du Purgatoire, j’avais perdu toute envie de continuer.

J’adore pourtant ce texte , pour l’importance qu’il a dans l’histoire de la Littérature et des Arts en général. J’en ai une bonne dizaine d’éditions (dont l’édition originale de la traduction par Arnaud de Montor du Paradis, en 1811!), illustrées ou non, et j’ai même relié moi-même l’une de mes versions pour lui donner un bel habillage de cuir rouge. Y revenir était donc un plaisir que j’attendais avec impatience.

Et quel bonheur ça a été!

La traduction de Kolja Micevic est tout simplement excellente, la meilleure dont je pouvais rêver. La minutie avec laquelle il a respecté la technique poétique de Dante est tout bonnement magistrale. Les rythmes, les rimes, cette fameuse Terza Rima, l’emplacement des noms au cœur du vers ou en position de rime selon l’importance que Dante leur donne, la richesse de la langue dantesque, les rimes latines au milieu de la langue courante, tout y est, du début à la fin.

Mais ce que j’ai le plus apprécié, au-delà de ce travail qui déjà mérite les éloges, est que Kolja Micevic s’est employé à signaler dans les notes chaque fois qu’il a dû adapter sa version ou choisir tel mot plutôt qu’un autre, permettant de mieux saisir les nuances du texte original. En plus de ses propres notes, Kolja a également inclus les notes de précédents traducteurs de Dante, comme Rivarol ou Arnaud de Montor, qui éclairent sur le sens parfois obscur de tel ou tel passage. C’est à dire qu’en plus de produire un texte quasi-parfait et de donner des indications pour les futurs traducteurs et ses lecteurs, Kolja Micevic nous fait plonger dans la tradition dantesque en nous tenant par la main pour nous faire rencontrer ses prédécesseurs.

Kolja nous dévoile en plus les arcanes de la poésie de Dante, cette « rimagination » qu’il révèle avec une passion qu’il parvient à transmettre à son lecteur. Tout l’art de Dante a été en effet d’inventer des moyens de contourner certaines difficultés de sa langue pour faire rimer des mots d’une manière totalement inédite, en inventant des mots (on appellerait ça des néologismes aujourd’hui), en décomposant certains autres… Si cela passe pour une forme de « triche », cela ne dénature pas la poésie de la Comédie, bien au contraire! En faisant appel à l’imagination pour rimer (et pas que rimer, d’ailleurs, puisqu’on trouve le procédé à l’intérieur des vers), Dante a créé un texte unique, qui explique son retentissement dans l’Italie de la Renaissance.

La Comédie s’accompagne ici, en plus des notes, d’un index des noms rencontrés dans l’Enfer, le Purgatoire et le Paradis, qui offre parfois de précieux renseignements pour comprendre le sens du poème. On sent vraiment le travail énorme mené par Kolja pour cette édition inégalée, même chez la Pléiade, qui fait pourtant référence en matière de Littérature.

A ce texte magistral s’ajoutent les illustrations de Vladimir Velickovic (dont une est visible sur la couverture), dont le style colle parfaitement avec l’Enfer, mais un peu moins avec les deux autres parties de la Comédie. J’avoue avoir moins apprécié son style contemporain que les gravures de Gustave Doré ou que les peintures de Botticelli, mais c’est parce que je suis un grand amateur des classiques. D’autres sauront apprécier ces illustrations beaucoup mieux que moi, je n’en doute pas un instant!

Au final, mon seul regret aura été d’avoir dû précipiter ma lecture: je n’avais que 30 petits jours pour déguster l’immense travail de Kolja Micevic. Trop court pour s’y plonger pleinement et en digérer chaque partie comme il se doit… Ce qui me dit que je n’attendrais pas dix ans pour m’y replonger, cette fois!

Les éditions Esopie ont vraiment fourni un travail remarquable sur ce livre, malgré une ou deux petites imperfections très, très mineures. L’ouvrage est vraiment beau et résistant, avec un papier de qualité très agréable au toucher. Je me permets deux petites remarques pour les éditions ultérieures: l’absence de numéros de ligne a été un peu handicapant pour certains commentaires qui y font justement référence, et si j’ai beaucoup apprécié que les commentaires soient en fin de chant plutôt qu’en fin d’ouvrage comme c’est trop souvent le cas, il me semble personnellement que les avoir en bas de page améliorerait beaucoup la lecture.

Le travail de Kolja Micevic sur Dante est, à mon avis, le meilleur dont on puisse rêver pour la Comédie. Sa version en est un régal pour les connaisseurs, même si je conçois qu’elle soit ardue pour les lecteurs peu habitués à la poésie et qui découvrent Dante pour la première fois. Ses commentaires éclairants démontrent à quel point il a su pénétrer l’essence de la Comédie, et je ne vois pas comment on pourrait faire mieux, à part peut être en incluant la Vita Nuova en guise d’introduction « éclairante » et le texte original en regard. Mais là on aboutirait à un gros pavé de 1500 pages, ou une édition en trois tomes, forcément de luxe…

Cette Comédie est un véritable bonheur que je ne peux que recommander chaleureusement. Un immense merci à Kolja Micevic d’avoir donné à La Comédie de Dante l’écrin qu’elle mérite dans notre belle langue française!

Dante Alighieri, La Comédie, selon Kolja Micevic. Editions Esopie, 2017, 35€
ISBN : 9791092404036

39 Total Views 2 Views Today

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *