Catastrophisme climatique: l’Amazonie brûle… comme tous les ans.

Difficile de louper ces derniers jours la catastrophe du moment: la forêt amazonienne brûle. Chaque jour qui passe amène son lot de dramatisme supplémentaire, et c’est désormais à qui fera la plus grande sensation sur le public.

Dramatisme oblige, on nous montre des cartes sensées représenter les feux en Amérique du Sud. Ca brûle partout! On va tous mourir!

On s’aperçoit que des gens découvrent des outils comme la base de donnée FIRMS (Fire Information for Resource Management System) gérée par la NASA (voir ici ). C’est plutôt bien en soi, à condition que l’usage qui en est fait soit honnête.

Car que nous dit-on sur ces feux de forêt? Qu’ils sont causés par la politique de Jair Bolsanoro. Petit rappel: Bolsanoro est le Président du Brésil, élu en début d’année. Si c’est de sa faute, c’est parce qu’il a le défaut d’être un président de Droite, anti-socialiste et anti-« progressiste ». Il a attaqué ces dernières semaines les universités enseignant la théorie du Genre en leur coupant les fonds, se justifiant par le fait qu’il ne s’agit pas de recherche scientifique mais de propagande idéologique. Il est également en faveur de l’aménagement du territoire brésilien et autorise l’exploitation forestière et minière de son territoire. Politique qui aurait favorisé les feux de forêt cette année.

Alors tout ça c’est bien joli, mais il faudra m’expliquer comment Bolsanoro pourrait être responsable des feux de forêt dans les pays voisins. Oui, parce que, rappelons-le, l’Amérique du Sud ne se limite pas au Brésil, et les pays voisins brûlent tout autant.

La carte de l’Amérique du Sud, pour ceux et celles qui ont des trous de mémoire géographiques.

Il suffit de comparer les deux cartes pour voir que le Paraguay est un tas de cendres. La Bolivie n’est pas beaucoup mieux. Le Pérou n’a plus que ses montagnes. La moitié du Brésil brûle, le quart de la Colombie est en flammes, de même que l’Équateur. A moins qu’on se foute de nous et qu’on nous refasse le coup des échelles pour gonfler le côté dramatique des événements? Ah, ben, oui, tiens.

Et le plus incroyable c’est que ça fonctionne. Tout le monde se découvre une fibre écologiste solidariste face aux feux de l’Amazonie, le vent de révolte environnementaliste souffle fort, ça y est, c’est la grande Révolution Verte, l’Eveil des Consciences!

Ma question est, du coup, où vous trouviez-vous l’année dernière?

Feux de forêts en Amérique du sud en août 2018, d’après la base TERRA/MODIS, la même que celle utilisée par FIRMS. Source: https://neo.sci.gsfc.nasa.gov/view.php?datasetId=MOD14A1_M_FIRE&year=2018

Ou en 2017?

idem, pour août 2017

Ou chaque année depuis votre naissance, comme disons en 2003, année exceptionnelle s’il en fut?

idem, pour août 2003

Imaginez un peu l’état de l’attention des gens à ce qui se passe autour d’eux pour qu’on découvre en août 2019 qu’il y a des feux de forêt de cette ampleur CHAQUE ANNEE en Amazonie!

Et attendez un peu d’apprendre que ces feux sont NATURELS!

Parce que, oui, ces feux sont à 99% parfaitement naturels: on est en plein été dans l’hémisphère nord, c’est la saison sèche dans les pays tropicaux de ce côté-ci de l’équateur, il y a de nombreux orages, avec de la foudre (indice: quelques millions de volts, ça suffit à déclencher des feux, même sur des surfaces mouillées), sans parler des combustions « spontanées » déclenchées par l’embrasement du méthane dégagé par les végétaux en décomposition (comme les feux follets de chez nous, mais en plus furieux). D’autres phénomènes peuvent aussi se produire, comme pour les feux en Californie: ces crétins sont allés acheter pour leur industrie forestière il y a près d’un siècle des eucalyptus en Australie, sans chercher à se renseigner sur ce qu’ils achetaient. Ces idiots ne savaient pas que les eucalyptus en question, dont ils ont recouvert des milliers d’hectares, ont la fâcheuse tendance une fois arrivés à maturité (après une trentaine d’années) d’exploser sous l’effet de la chaleur sèche et de leur sève contenant des composés volatils qui s’embrasent au contact de l’air. Déclenchant par là même des feux impossibles à stopper, parce que non contents d’être des idiots cupides, les californiens ont en plus eu l’excellente idée d’interdire le nettoyage des forêts: personne n’a le droit de retirer un seul des 130 millions d’arbres morts, ni de ramasser le bois tombé au sol, et qui constitue de formidables réserves de combustible chaque été.

Alors oui, il y a aussi des incendies déclenchés par l’homme, comme les brûlis employés pour dégager des terres arables et cultivables, ainsi que des incendies accidentels. Par rapport aux incendies naturels, en tout cas dans les forêts primaires d’Amazonie et d’Afrique, ils sont totalement hors jeu (pas en Europe, où 99% des feux de forêt sont d’origine humaine, parce que de toute façon on n’a plus de forêts).

Et devinez quoi: les feux jouent un rôle incroyable dans le renouvellement des forêts primaires, en détruisant les vieux arbres qui ne contribuent plus à l’absorption du CO2. Les minéraux contenus dans ces arbres se retrouvent dans les sols, ce qui constitue un formidable engrais naturel pour les jeunes végétaux qui repoussent, et le font en absorbant du CO2. En quelques années, la forêt se reconstitue et est aussi luxuriante qu’auparavant, seule la taille des arbres n’est plus la même (elle le sera en une quarantaine d’années). Les feux de forêt ont un rôle naturel crucial à jouer, en nettoyant les espaces qu’ils ravagent et permettant par là même de favoriser le développement de jeunes végétaux dans des conditions optimales et saines. Sans ces feux, les forêts de toute la planète seraient d’immenses marécages nauséabonds et putrides, favorisant parasites et maladies. C’est précisément pour cette raison qu’on n’intervient pas sur les feux naturels, à part pour les empêcher de trop s’étendre et surtout d’atteindre les zones habitées.

Bref, ce catastrophisme me sort par les yeux, surtout quand on le manipule pour dénoncer le « vilain dictateur qui fait pas comme on veut qu’il fasse ».

Au passage, pendant que vous chialez pour la forêt amazonienne, ça, c’est la forêt équatoriale africaine le mois dernier.

Feux de forêt en Afrique équatoriale et Madagascar, juillet 2019. Source: https://neo.sci.gsfc.nasa.gov/view.php?datasetId=MOD14A1_M_FIRE&year=2019

1962 Total Views 3 Views Today

2 réflexions sur « Catastrophisme climatique: l’Amazonie brûle… comme tous les ans. »

  1. Merci pour ce panorama objectif de la situation…!
    En réalité, « nous » sommes sans cesse les jouets de manipulations orchestrées par les Médias subventionnés sur pratiquement TOUS les sujets, et il ne faut jamais perdre une opportunité de « démanipuler » chaque fois que l’occasion s’en présente.
    Bravo…!

  2. Je suis d’accord avec tes arguments. La seul chose est qu’on ne doit pas nettoyer les forêts des souches et arbres morts debout ou tombés, car ils abritent un nombre important d’animaux, d’oiseaux et d’insectes. Les forêts « propres » sont presque mortes en quantités de vie animale.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *